Archives - CHHMY

Aller au contenu


NOS SOUVENIRS

Soirée 2019 avec le Choeur mixte de Charrat, "La Voix des Champs"
Fête cantonale de chant 2019 Muraz
Soirée 2018  salle des Alambics
Soirée 2017 avec le Choeur ToutanKhanon

9e FESTIVAL EUROPÉEN DES CHOEURS D'HOMMES

Chatte et environs, 23 - 24 mai 2015



https://plus.google.com/photos/112117978943443544651/albums/6159535315103202513?authkey=CKygp-q2j-il1AE

https://plus.google.com/photos/112117978943443544651/albums/6158634154371939809?authkey=CISKrqu1_9rs3AE

https://plus.google.com/photos/112117978943443544651/albums/6172407718995666465?authkey=CIms4a-2hc3JRw
    

Les clips sur Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=P1bXScs-lA4

https://www.youtube.com/watch?v=aBGMGXfVt7c

https://www.youtube.com/watch?v=KWzK1TJfJY8

https://www.youtube.com/watch?v=y6P3AzvPx4c

https://www.youtube.com/watch?v=mEg7PUC2e2s

https://www.youtube.com/watch?v=9SbAIbtUw74

https://www.youtube.com/watch?v=gBEIzXfiZ5U

https://www.youtube.com/watch?v=kW-O7B-b86Q

SOIRÉE ANNUELLE 2014
Martigny, salle communale, le samedi 12 avril


DUO PERLAMUSICA

Prestation extraordinaire et inhabituelle en deuxième partie du concert du Choeur d'Hommes.
Un duo interprétant de la musique classique composé d'un piano et d'une guitare - remarquable !!!


SOIRÉE 2013

Martigny, salle communale, le samedi 20 avril 2013


TRIENT 2013
Dimanche  

FÊTE DE LA BÂTIAZ
Martigny, le samedi 22 septembre 2012


INAUGURATION DE LA PLACE CENTRALE
Martigny, le samedi 15 septembre 2012


Festival des chorales à Vérone 12 au 15 juillet 2012


Hommage à Léon Jordan, ancien directeur


Nouvelliste du 14 mai 2012


"Choriste, c'est près du coeur"

Une nouvelle fondation, la Fondation Bernard et Claude Rouiller, rend hommage à Léon Jordan, chef de choeur et compositeur.

Il a de l'or dans les mains, Léon. Ses collègues musiciens, les choristes qu'il a longtemps dirigés, connaissent sa gestuelle si personnelle. Léon Jordan a une manière toute à lui de faire naître la musique. L'ancien normalien a bien fait un bout de conservatoire à Lausanne, mais c'est en dirigeant qu'il est devenu chef de choeur. Chez les Jordan, la musique, qu'elle soit chorale ou de fanfare, a toujours été une affaire de famille. Rencontre avec un musicien qui a fait chanter des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants de Martigny à Monthey, d'Evionnaz à Vérossaz et a marqué la vie musicale valaisanne.

Comment est née votre passion du chant?

J'admirais un oncle maternel, chef de choeur à Bulle. Mon père m'a donné l'amour des sociétés de musique. Puis, j'ai chanté dans un octuor à l'Ecole normale. J'ai tout de suite été émerveillé par l'expression des chanteurs. Mon but était de faire vivre des textes, de leur donner tout leur sens. Mettez deux textes sur la même musique et vous obtiendrez des résultats très différents. La mesure naît des mots.

Que ressentez-vous quand vous dirigez?

Me vient à l'esprit cette expression merveilleuse, l'impression d'être au ciel de l'amitié. J'ai créé ma gestuelle sans être influencé par quiconque et cela passe beaucoup par les mains. J'aime dire que le Valais doit chanter de la tête aux pieds et non du bout des lèvres. Chaque chef a son style, le mien est plutôt expressif. Il m'est arrivé de casser un lutrin.

Pourquoi cet amour pour les choeurs d'enfants?

Moi qui n'ai pas eu d'enfants, quand je les dirige, je ressens qu'ils sont mes enfants. Avec les choeurs d'enfants, on travaille à la relève sur un temps long, parfois sur trente ans. Les ensembles vocaux d'aujourd'hui sont le fruit de ce travail de base qui a été parfois mal compris.

Que pensez-vous de l'évolution de la musique chorale?

On oublie parfois que jusqu'à Vatican 2, les hommes et les enfants étaient seuls autorisés à chanter dans les églises. Le français était interdit. Après Vatican 2, les choeurs mixtes ont connu un essor extraordinaire. Aujourd'hui, il y a une nouvelle mutation. Une partie des choeurs se dirige vers du théâtre chanté, avec des partitions difficiles, du mouvement; il faut être costaud pour faire ça. Je crois qu'on va continuer de chanter dans les églises avec un regroupement des choeurs par région, plutôt que par village. Des ensembles se créent pour monter ponctuellement une oeuvre. Les musiciens demandent des pièces plus difficiles. Autrefois, à quelques exceptions près, on n'apprenait pas grand-chose à l'école. Les gens arrivent désormais plus tard dans les chorales, mais avec une formation plus poussée. Savez-vous que je préfère dire choriste à chanteur? Choriste, c'est plus près du coeur.

BIO EN BREF

Né à Dranse, Léon Jordan découvre la musique chorale à l'Ecole normale.

Il enseigne à La Rasse (Evionnaz) où il dirige ses premiers choeurs dès 1959. Il enseigne ensuite à Monthey et Martigny où il devient responsable de l'enseignement musical en primaire. Il suit les cours du conservatoire de Lausanne et compose de la musique chorale.

En 1969, il crée l'association valaisanne des chefs de choeur.

En 1970, il lance un mouvement pour créer des choeurs d'enfants partout en Valais.

En 1981, étoile de bronze du concours de Noël de la TSR.


FÊTE BAS-VALAISANNE DE CHANT
Dorénaz, le dimanche 6 mai 2012

Retourner au contenu